Pourquoi choisir un Conseiller en Gestion de Patrimoine Indépendant (CGPI) ?

| Lifestyle
| Christophe |
choisir cgpi

Lors du premier entretien réalisé avec un de nos conseillers, dans les premières minutes, vous apprenez immédiatement à distinguer les différences entre un conseiller en gestion de patrimoine indépendant et celui qui est non-indépendant. Pourquoi est-ce que nous attachons autant d’importance à vous faire comprendre cette nuance ? 

Parce que cela représente des enjeux financiers d’une très grande importance pour vous. On vous explique…

 

En règle générale, les cabinets de CGP sont rémunérés de deux façons : 

  • La facturation d’honoraire de conseils
  • Les commissions perçues lors de la distribution de placement ou de financement

Pour le premier point, imaginons que vous souhaitiez obtenir des conseils sur la constitution d’une SCI, sur les avantages et les inconvénients des différents régimes matrimoniaux ou encore pour optimiser la transmission de votre patrimoine, le conseiller vous facturera une prestation basée sur le temps passé à la mission et sur la valeur apportée par ses précieux conseils. Cette rémunération peut prendre la forme d’un taux horaire (souvent compris entre 90 € et 150 € de l’heure) ou d’un forfait. 

Ensuite, lorsque ce même conseiller vous propose une solution afin de répondre à vos objectifs patrimoniaux comme par exemple réaliser un investissement locatif, mettre en place un Plan Épargne Retraite ou encore souscrire à un contrat d’assurance vie, les partenaires avec qui il travaille (banques, assureurs, société de gestion, promoteurs immobiliers…) vont lui reverser des commissions. 

Et c’est bien ici tout le problème…

Comme son nom l’indique, le conseiller en gestion de patrimoine (idem pour le conseiller financier) fournit avant tout…des conseils ! Or, lorsque celui-ci est à la fois juge et partie, son objectivité peut aisément être remise en cause.

 

Quelques exemples :

  1. Vous avez la possibilité de souscrire à un investissement basé sur de l’Or physique certifié conforme à l’éthique islamique à hauteur de 100 € par mois. Pour ce placement deux fournisseurs existent : le premier reverse 249,90 € au conseiller et le second qui est beaucoup moins coûteux pour le client lui donne 10 €. À votre avis, le “conseiller” va vous proposer quel contrat ?
  2. Vous consultez un “conseiller” pour un financement immobilier de type Mourabaha. Celui-ci sait que vous pouvez obtenir des conditions plus favorables en allant directement à la banque mais son partenaire courtier lui reverse une commission pouvant atteindre plusieurs milliers d’euros. Vous pensez qu’il va vous présenter quelle offre ?
  3. Vous souhaitez souscrire à des fonds actions afin de profiter du dynamisme des marchés. D’un côté une compagnie d’assurance rémunère le conseiller 2,50 % sur votre versement lorsque ce dernier vous “vend” son contrat d’assurance vie, et de l’autre, ces fonds peuvent vous être proposés par ailleurs avec des coûts beaucoup plus faibles mais sans aucune rémunération pour le conseiller. Encore une fois, pensez vous que le conseiller non-indépendant va vous proposer les solutions pour lesquelles sa rémunération sera beaucoup plus faible même si le produit semble mieux vous correspondre ?

A ce stade, tout devient sûrement plus clair pour vous : le conseiller non-indépendant peut très facilement vous fournir un conseil qui en réalité ne sera pas le plus adapté à votre situation mais qui, en revanche, le satisfera pleinement au niveau financier.

Bien conscient de cette situation, l’Autorité des Marchés Financiers à imposer de nouvelles règles entrées en application en 2018 à tout conseiller qui souhaiterait se dire indépendant. En effet, depuis cette date, le conseiller en gestion de patrimoine indépendant n’a plus le droit de percevoir de commissions de la part de ses fournisseurs et si c’est le cas, il doit les restituer immédiatement au client concerné par le contrat source de rémunération.

Ainsi, sous ce statut, le conseiller qui vous proposerait de l’or serait obligé de vous restituer les 249,90 € ou les 10 €, celui qui vous conseil sur le financement immobilier devrait vous rendre les milliers d’euros reçu de la part de son partenaire courtier, et pour le contrat d’assurance vie, une fois de plus, toutes les commissions encaissées devraient obligatoirement vous être restituées. 

Dès lors, les gains financiers obtenus par la distribution des produits ayant été totalement éradiqués, il ne resterait plus qu’au conseiller à fournir les meilleures prestations au client afin que celui-ci reste fidèle à son cabinet. Qu’avons-nous constaté depuis 2018 ? La plupart des cabinets qui se disaient indépendants avant cette réglementation ont changé immédiatement de statut pour continuer à travailler comme avant… 

Vous pensez que le marché de la finance islamique est épargné ? Nous aurions bien aimé.

Lorsque vous avez sur le marché un placement immobilier (une SCPI) qui vous rapporte 6 % sur chaque versement et d’autres solutions qui peuvent être bien plus intéressantes pour vous mais qui rapporte entre 2 et 10 fois moins au conseiller, celui-ci choisit bien souvent la première option…

Afin de répondre à ce problème qui nous semble en opposition complète avec notre éthique, chez Lina, nous avons volontairement opté pour le régime de l’indépendance. 

 

Nos trois engagements sont les suivants : 

  • Nos conseillers sont formés et qualifiés en finance conventionnelle et islamique
  • Aucune commission de la part de fournisseur n’est perçue et si tel est le cas elles sont immédiatement restituées au client
  • Nos conseillers ne perçoivent pas de rémunération indexés à volume de chiffre d’affaires ou de ventes de produits quelconques

Pour vous donner un exemple des effets positifs que ce statut si particulier apporte aux clients, nous évoquerons le cas d’une personne qui voudrait investir 20000 € et dont l’offre des conseillers non-indépendants aurait été la suivante : 15000 € de parts de SCPI et 5000 € d’assurance vie. Rémunération perçue par le conseiller : 900 € sur la SCPI et 125€ sur l’assurance vie. 

 

Ce même placement chez Lina : 

Tarif d’accompagnement en investissement financier pour un montant de 20000 € : 300 €.

Remboursement des commissions perçues des fournisseurs qui seraient reversées au client : 1025€. Économie nette pour le client : 725€.

Mais ce n’est pas tout… Peut-être que pour ce client la meilleure stratégie d’investissement aurait été de répartir ses fonds à hauteur de 10000€ sur la SCPI, 5000€ sur l’assurance vie, 3000 € en Moudharaba et 1000€ sur de l’Or. 

Une plus grande diversification aurait ainsi été offerte au client et toujours à moindre coût.

Vous l’aurez désormais compris, le statut de conseiller en gestion de patrimoine indépendant vous permet d’être certain de l’objectivité du conseil, de réduire vos coûts de souscription et d’optimiser vos investissements grâce à une plus grande rémunération. 

Votre entreprise génère des chiffres d’affaires ?